L’été meurt jeune

IMG_9276.jpg

Imaginez.

Les Pouilles, le maquis du Gargano, et un soleil de plomb qui pèse sur ce mois d’Août.

La falaise qui plonge dans le bleu profond de l’Adriatique. 

Un village où, dès midi, la vie se retranche derrière les persiennes closes.

Seuls les enfants osent encore s’aventurer dehors, à l’instar de Primo, Damiano et Mimmo, trois garçons inséparables.

Ils ont douze ans en cet été 1963, mais la vie a déjà dardé sur eux ces épreuves qui rendent l’enfance tangible, prête à basculer: depuis le décès de son père six ans plus tôt, Primo est le seul homme de la famille. Mimmo souffre de l’absence de son père enfermé dans un asile. Quant à Damiano, il est tiraillé entre sa mère sublime et aimante, et entre son père jaloux qui la retient dans sa ferme à l’écart des hommes du village.

La violence rôde, dans ce village, de façon visible ou plus insidieuse.

181e4cd60667a2310f883f4b7ac4eeaf.jpg

Et les trois amis ont décidé de ne plus la subir, devenant frères dans un pacte où ils unissent leur sang. 

Mais pouvaient-ils anticiper que ce pacte, conclu pour répondre à une vengeance à l’égard d’adolescents qui les harcèlent, allait avoir raison du temps de leur enfance (presque) insouciante et de leur innocence ?

Mimmo acquiesça. Devant lui, les mains sur ses épaules comme pour le tenir bien ancré au sol, il y avait le garçon qui à douze ans et demi était capable de conduire une voiture, de planter des tessons de bouteille dans le cul des délinquants du village, de casser le nez et la jambe à des hommes de trente-cinq ans, en restant le petit, solide rocher d’une mère malheureuse et adorée

Mirko Sabatino livre dans ce premier roman à la maîtrise remarquable le portrait rempli d’émotion d’un adieu à l’enfance.

Roman marqué par l’absence tragique de pères qui les ont trop vite abandonnés, auréolé de présences féminines silencieuses dont la vie se confine à la maison et à l’église, écrasé par des figures patriarcales et religieuses trop puissantes, L’été meurt jeune est aussi pétri de la beauté rebelle de ces jeunes garçons qui ont décidé de ne plus accepter le silence.

Titre: L’été meurt jeune (L’Estate Muore Giovane)

Auteur: Mirko Sabatino

Editeur: Denoël

Parution: Septembre 2019

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s