L’enfant perdue

FullSizeRender.jpg

Un an! Un an que j’attendais ce moment, que je traquais la date de sortie!

Le 18 janvier, L’enfant Perdue a donc rejoint ma PAL… pour en être délogée aussitôt! Je l’avais suffisamment attendue.

Si vous n’avez pas lu le troisième épisode de la tétralogie, alors vous lirez les prochaines lignes à vos risques et périls!

Souvenez-vous: dans Celle qui fuit et celle qui reste, nous sommes dans les années 70, Lila fait partie des précurseurs de l’informatique en Italie et elle crée avec son compagnon Enzo une société dédiée aux ordinateurs. Lenu est mariée à Pietro et a emménagé avec son professeur de mari à Florence, jusqu’au jour où sa relative félicité familiale est chamboulée par la réapparition du ténébreux Nino, son amour de toujours.

Lenu, souvent prudente, parfois énervante dans le précédent épisode, va se révéler ici à elle-même, assumant sa passion dévorante pour Nino en quittant avec pertes et fracas son mari, et en laissant derrière elle ses deux filles – elle y pensera plus tard, toute entière à sa relation passionnée et à sa carrière, et va voir sa notoriété d’écrivaine s’établir rapidement. Revenue vivre à Naples, Lenu évite Lila. Elle a réussi à se détacher de son emprise. Pour un temps seulement, car bientôt les deux amies se retrouvent dans leur fusion originelle – comme si elles avaient pressenti le besoin de se rapprocher pour affronter ensemble les épreuves et les deuils de cette nouvelle période.

Lire la suite

Celle qui fuit et celle qui reste

fullsizerender-1

Ah, elle s’est bien faite attendre, cette suite… alors qu’en est-il de nos deux amies napolitaines? Cette suite vaut-elle au moins les deux premiers épisodes?

Selon une mécanique maintenant rodée, nous nous retrouvons dans ce troisième volet là où Elena Ferrante nous a laissé languir à la fin de la deuxième partie : en cette année 1968, voici à nouveau Lenu, invitée dans une librairie milanaise pour parler du premier roman qu’elle vient de sortir. Elle a la surprise de revoir Nino Sarratore, dont elle a été passionnément amoureuse lors son adolescence…

Grâce à ses études et aux rencontres de son milieu universitaire, Lenu  a pris l’ascenseur social pour s’élever au-dessus de la condition prolétaire qu’elle a toujours cherché à fuir,  et va bientôt s’installer à Florence. Tandis que Lila, restée à Naples, vit dans des conditions misérables avec Enzo et son fils Gennaro. L’une évolue dans les « milieux cultivés et absorbés par la passion politique », inspirés par les émeutes parisiennes de mai 68, alors que l’autre, qui subit la vie, va s’engager dans la lutte ouvrière, encouragée par le communisme activiste de ses amis, pendant  qu’une poussée fasciste se met en branle dans son ancien quartier. Qu’ont-elles donc encore en commun, nos amies prodigieuses ?

Le contexte politique et social de cette troisième partie est passionnant, ouvrant des perspectives qui vont bouleverser la société. Elena Ferrante ne traite pas seulement la lutte des classes et l’engagement politique des différents protagonistes à travers ces années de plomb, elle intronise aussi les deux héroïnes dans l’ère féministe  à travers leurs actes de libération. Lenu intellectualisera la pensée féministe dans son travail d’écrivain, bien qu’elle subisse le poids de la vie conjugale et de la maternité. Lila continuera à affirmer son indépendance comme elle l’a toujours fait.

Cette période permet également d’entrevoir les bouleversements technologiques avec l’arrivée de l’informatique, dont seule une poignée de précurseurs (parmi lesquels Enzo encouragé par Lila) va anticiper les infinies possibilités et perspectives.

Sur cette toile de fond, les chassés croisés entre Lenu et Lila vont se poursuivre. Il faut croire que l’une tire sa force de celle de l’autre, laissant exsangue celle qui l’a soutenue dans son moment de faiblesse. Lorsque Lila retrouve son ambition, n’est-ce pas le moment où Lenu se perd dans les affres de la vie conjugale et domestique ? Quelle est celle qui a le plus besoin de l’autre ? Lenu vit toujours dans le fantasme d’une fusion intellectuelle avec son amie d’enfance, souvent soumise à une Lila qui la rudoie, la maltraite, la manipule. On est en droit de se demander réellement, dans cette troisième partie, si Lila aime  Lenu, l’utilise ou la méprise. Les hommes qui entourent Lenu sont-ils plus clairvoyants qu’elle ? Ainsi, Pietro son mari lui dit « qu’elle n’était pas du tout (s)on amie et (la) détestait » tandis que Nino lui confie « Quand on était plus jeunes, Lina nous a aveuglés tous les deux »

Lire la suite

Autour des livres: balade napolitaine

Nous somme nombreux ces jours-ci à être plongé(e)s dans Celle qui fuit et celle qui reste, le troisième volet de la saga napolitaine d’Elena Ferrante sorti en début de semaine. C’est également l’occasion pour d’autres de découvrir à leur tour L’amie Prodigieuse et Le nouveau nom.

Cette lecture, c’est pour moi l’envie de vous emmener en balade dans les rues de Naples, troisième ville d’Italie après Rome et Milan, aujourd’hui capitale de la Campanie et capitale historique du Royaume de Naples et du Royaume des Deux-Siciles. Fondée dans l’Antiquité par les Grecs, elle fut tour à tour byzantine, normande, angevine et aragonaise, jusqu’au 18 ème siècle où elle devient capitale des Deux-Sicile.

Naples, aujourd’hui, est une ville qui fourmille sous toutes les strates de cette histoire,  vulnérable économiquement, victime de son statut de ville du Sud, rebelle par rapport à ses cousines policées du Nord, et sous l’emprise de la Camora.

Dans Celle qui fuit et celle qui reste, Lenu a ces mots à son retour à Naples:

A chaque fois que je rentrais, je retrouvais une ville faite d’un feuilleté de plus en plus friable, qui ne supportait pas les changements de saison, le chaud, le froid ni, surtout, les orages. (…) J’avais en mémoire des rues sombres et pleines de danger, une circulation de plus en plus désordonnée, des chaussées défoncées et de grosses flaques (…). Les gens mouraient de l’incurie, de la corruption et des abus.

Naples semble figée dans son histoire aujourd’hui encore. Elle vit avec son tempérament du Sud, solaire, aguicheuse, bruyante, impétueuse, poussiéreuse, passionnée, sale, lumineuse, généreuse, accueillante. Naples est la ville des épithètes paradoxaux!

Au visiteur qui se rend à Naples, on dit souvent « Attention, ne sors pas avec tes bijoux! Ne montre pas ton appareil photo! Accroche bien ton sac en bandoulière! ». Plusieurs fois nous nous sommes rendus à Naples, où nous avons vécu le temps de notre séjour dans les quartiers populaires, et jamais nous ne nous sommes sentis en danger. Au contraire, les napolitains étaient bienveillants, protecteurs, ici nous apostrophant tous les jours à notre sortie de l’immeuble, là offrant aux enfants un petit pain sorti tout droit du four du boulanger.

Dans Le jour avant le bonheur, Erri de Lucca écrit à son sujet:

C’est à ce moment-là que j’ai compris la ville: monarchie et anarchie. Elle voulait un roi et pas de gouvernement. C’était une ville espagnole (…). Naples est espagnole, elle se trouve en Italie par erreur.

Naples, ce sont, mis bout à bout, beaucoup de quartiers populaires, laissés dans leur jus, avec des immeubles à la jolie patine jaune (ou délabrée, selon le point de vue), et partout ces petits autels à la mémoire des défunts de la famille, de Pio Padre ou des saints que l’on vénère.

dscf1161

C’est Le linge qui pend aux fenêtres, les enfants qui crient dans la rue et les scooters qui ne préviennent pas quand ils arrivent.

dscf1138

Lire la suite