La vie en chantier

2048244B-7BF1-4E76-BBC5-91ADCD1FD4F2.JPG

La vie, au jour le jour.

La vie sans Marnie, la vie avec Midge.

La fin d’une vie, le début d’une autre.

De l’une à l’autre, il y a Taz, veuf et père. Un tout jeune homme, dans une vie en construction, une vie en chantier pour accueillir les plus belles promesses d’une vie stable, ancrée dans une petite ville du Montana – une maison à rénover, un bébé à venir.

Parfois, la vie fait des promesses et les rompt sans prévenir et Taz doit à la fois faire le deuil soudain de sa femme et ses premiers pas dans la paternité. Dans une maison en chantier qu’il n’a plus le coeur d’achever, tandis qu’il y ramène de la maternité son bébé sans mère.

Les jours se succèdent dans la nouvelle vie de Taz. Il y a Lauren, sa belle-mère qu’il connaissait à peine et qui cherche doucement ses marques sans s’imposer. Il y a Rudy, l’ami de toujours, un peu ours, qui veille depuis le porche de son ami. Il y a Marko, le patron de Taz, qui veille à lui confier de nouveaux chantiers. Et il y a Midge, ce tout petit bébé, que Taz ne veut plus quitter.

Et puis, un jour, il y a Elmo, la baby sitter que Rudy impose à Taz parce qu’il faut bien lâcher Midge pour reprendre le travail et payer les dettes avant qu’on lui reprenne sa maison, Elmo un ersatz maternel pour Midge et peut-être, la possibilité d’un retour vers la vie.

photo-1444208393177-b2a88904ed8d.jpeg

Il y a ces livres qui divisent – La vie en chantier, semblerait-il, en fait partie. Il y a deux camps, ceux qui aiment, ceux qui n’aiment pas. 

J’ai abordé sa lecture dans la plus complète ignorance de Pete Fromm – eh oui, ce n’est pas faute d’avoir lu tant d’avis enthousiastes, tant de belles critiques sur ses précédents romans. Et ce n’est pas faute, même, de l’avoir déjà offert. 

Jour après jour se déroule l’histoire de Taz qui se tient juste en surface de la vie, la tête tenue hors de l’eau par Midge, tandis que le fantôme de Marnie l’encourage à avancer.

Il y a une langueur infinie dans la tristesse rugueuse de cet homme, et il y a un espoir qu’on ose entrevoir au-delà des jours qui se succèdent avec humilité.

Et j’ai profondément aimé être au creux de cette histoire racontée par Pete Fromm, dans le rythme et dans la narration au présent des jours qui se succèdent dans une simplicité laborieuse, dans le berceau de la nature qui sert de refuge à Taz les jours de peine, mais aussi les jours de bonheur. 

Bref, je suis dans le camp de ceux qui ont aimé. Et même, qui ont adoré.

Titre: La vie en chantier (A job you mostly won’t know how to do)

Auteur: Pete Fromm

Editeur: Editions Gallmeister

Parution: 2019

4 réflexions sur “La vie en chantier

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s