Les graciées

Depuis qu’une tempête aussi soudaine que puissante a décimé la flotte de Vardø, et que la mer commence à recracher les corps des quarante pêcheurs disparus, quarante maris, pères, et fils, les femmes du petit port de pêche ont à peine eu le temps de faire leur deuil: elles ne peuvent plus désormais compter que sur elles-mêmes pour survivre.

Sur cette petite île du nord-est de la Norvège, dans le Finnmark, les conditions de vie en ce début de 17ème siècle sont particulièrement rudimentaires pour résister aux hivers longs et aux étés brefs, et toujours glacés. C’est à travers le regard de Maren, qui a perdu son père, son frère et son promis, que l’on observe la communauté s’organiser, en même temps que les premières hostilités s’installent entre les femmes.

Le jour où l’une d’elle, meneuse et rude à la tâche, décide de recruter une équipe parmi elles toutes pour aller pêcher, un fossé se creuse. D’un côté il y a désormais celles qui pêchent et s’épuisent à faire le travail des hommes, devenant moins assidues aux prières. Et de l’autre, les dévotes, qui se pressent autour du nouveau pasteur.

Dans ce pays lapon, les rituels chamaniques sont courants – Dinna, la belle-sœur sami de Maren, en pratique et a souvent aidé les autres femmes grâce à eux. Mais depuis qu’un décret sur la sorcellerie a été promulgué en cet an 1617 par le roi Christian IV afin d’asseoir l’autorité de l’Eglise, on condamne toute personne qui aura renoncé Dieu et  pactisé avec le diable. Et les doigts dévots commencent à pointer certaines femmes de la communauté, à commencer par Dinna.

Nommé délégué de Vardø par le seigneur de Finnmark, Absalom Cornet va prendre ses fonctions sur la petite île afin d’éradiquer les rites impies. Avant de quitter Bergen, il prend pour femme la jeune et innocente Ursa, élevée dans un confort qu’elle ne soupçonnait pas jusqu’à son arrivée à Vardø. A des semaines de mer de chez elle, auprès d’un homme qu’elle connaît à peine, livrée à elle-même dans l’insalubrité d’un foyer qu’elle n’a pas été préparée à devoir tenir, Ursa va réussir à surmonter son désarroi grâce à l’amitié de Maren. Mais cette amitié déplaît aux autres femmes de la communauté – car Ursa est l’épouse de celui venu à Vardø faire une chasse aux sorcières – et il a bien l’intention de ne pas faillir à sa réputation. 

Mémorial Steilneset – © Jarle Waehler – Norwegian Scenic Road

Cette histoire, à la narration tendue, est d’autant plus bouleversante qu’elle est basée sur une histoire vraie.

Elle dénonce ce que l’Histoire a sans cesse répété: un peuple dominateur qui s’arroge un territoire sans considération des peuples indigènes qui l’habitent, une religion qui se sent tous les droits sur une autre, l’usage de la torture pour faire plier ceux qui n’ont rien à avouer – et puis cette affreuse ignorance qui préfère attribuer des actes au diable quand on n’en comprend pas le sens.

Tracy Chevalier dit avoir été soufflée par ce roman.

Qui est du même acabit que ceux qu’elle écrit, avec cette capacité à donner vie à des personnages puissamment incarnés dans une reconstitution historico-culturelle formidablement immersive. Kiran Millwood Hargrave a également su retranscrire avec conviction les paysages si particuliers de Vardø.

La jeune auteure britannique nous offre surtout des portraits de femmes bouleversants, des femmes qui se distinguent par leur courage et leur combattivité – et qui, au renoncement, préfèrent le sacrifice.

On peut voir aujourd’hui à Vardø le Mémorial de Steilneset livré en 2012 par l’artiste Louise Bourgeois et l’architecte Peter Zumthor en hommage aux victimes de la chasse aux sorcières, 91 personnes hommes et femmes qui ont péri sur le bûcher de l’île de Vardø au 17ème siècle.

Traduction Sarah Tardy

Titre: Les Graciées (The Mercies)

Auteur: Kiran Millwood Hargrave

Editeur : Robert Laffont

Parution: 2020

5 réflexions sur “Les graciées

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s