La liberté des oiseaux

La liberté des oiseaux
Anja Baumheier
Les escales

Née à l’Est du mur dans les années 1970, Anna a toujours vécu avec sa famille à Berlin.

Vingt-trois ans après la chute du mur, une lettre l’informe que sa soeur Marlene, qui vient de mourir, lui lègue sa maison de Rostock. 

C’est un double choc: non seulement elle croyait Marlene morte depuis de très nombreuses années, mais la maison familiale était supposée avoir été vendue vingt ans plus tôt. 

Pourquoi Charlotte, la soeur aînée, n’est-elle pas sur le testament de Marlene? 

Pourquoi leurs parents leur avaient-ils dit s’être séparés de la maison de Rostock?

Tant de questions auxquelles Elisabeth, leur mère atteinte d’Alzheimer, n’est plus en capacité de répondre.

Aidée de sa fille Anna, et de Charlotte, Anna entreprend une enquête pour lever le voile sur les secrets bien gardés de la famille Groen. 

Dans un récit qui alterne le passé et le présent, Anja Baumheier offre une grande plongée au coeur de l’histoire allemande. En remontant jusqu’à l’enfance des parents puis leur rencontre après la guerre, c’est une vraie fresque historique qui permet d’appréhender la construction de la RDA après la guerre, et l’espoir d’un monde nouveau jusqu’à ce que se mette en place un système de surveillance pervers, de privation de libertés et de mise à l’écart de l’occident. L’édification du mur, en une nuit, aura des impacts terribles sur les berlinois – et sur la vie des Groen.

L’histoire d’Anna et sa famille se révèle peu à peu à travers ses traumatismes, ses secrets et la toute puissance d’une idéologie dévastatrice.

C’est cet aspect, qui nous replace dans le quotidien de la RDA, sous l’oeil de la Stasi que j’ai trouvé particulièrement intéressant. Anja Baumheier, l’autrice, a grandi en RDA et c’est certainement ce qui contribue à favoriser l’immersion historique à travers la culture et les petits détails de l’ancien état satellite de la Russie: on a l’impression d’entrouvrir la porte du musée de la RDA. 

Les histoires de RDA naissent pour la plupart de l’oppression subie, du désir de fuite vers l’ouest, de la répression impitoyable et déshumanisante des individualités. Anja Baumheier retranscrit avec conviction la vie sous le joug du régime communiste, la sidération et la joie à la chute du mur, mais aussi la vie d’après dans l’Allemagne réunifiée. Un sujet qui me touche puisque c’est dans cette jeune Allemagne réunifiée que je suis partie vivre quelques années après la chute du mur et que j’ai vécu les ressentis des uns et des autres. (j’avais écrit un article à l’occasion des trente ans de la chute du mur, à lire ici)

Le style littéraire pâtit un peu de sa simplicité, et les ficelles de l’histoire sont parfois un peu grosses – cela ne m’a toutefois pas empêchée de dévorer avec appétit et émotion cette saga familiale.

Traduction Jean Bertrand

Titre : La liberté des oiseaux (Kranichland)

Auteur: Anja Baumheier

Editeur: Les Escales

Parution: novembre 2021

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s