L’Eveil

L'Eveil, Kate Chopin

Fin du XIXe siècle, un été en Louisiane.

La bourgeoisie créole de La Nouvelle-Orléans se retrouve en villégiature à Grand-Isle, face au golfe du Mexique, dans la pension de Madame Lebrun.

Edna Pontellier y mène une vie plaisante, entre les soirées musicales et les journées de bain de mer avec la sensuelle Madame Ratignolle et le séduisant fils de Madame Lebrun, Robert. 

Léonce Pontellier est un mari aimant et débonnaire (mais on nous rappelle vite que leur union est un « mariage purement accidentel ») et Edna aime leurs petits garçons, surtout de loin, quand leur nounou quarteronne s’en occupe. Auprès de Mme Ratignolle et de Robert, qui a jeté son dévolu sur elle, Edna accède à une certaine légèreté, mais aussi à une prise de conscience de son être, de sa sensualité, tandis qu’elle s’éprend de Robert – mais le départ précipité de ce dernier la plonge dans une mélancolie qui va lui donner l’impulsion de s’affirmer comme femme à part entière, et comme artiste.

Elle ne percevait encore qu’une chose: son être – son être actuel – était d’une certaine manière différent de son être d’autrefois. Elle ne se doutait pas encore qu’elle voyait avec d’autres yeux, rencontrait en elle de nouvelles dispositions qui éclairaient tout ce qui l’entourait d’un jour inconnu 

De retour à La Nouvelle-Orléans après l’été, Edna continue de se consumer pour Robert, dont elle espère un jour le retour. Les rêves romantiques de sa jeunesse l’ont regagnée et elle se laisse aller au jeu de la séduction avec un nouveau prétendant, Alcée Arobée. 

Mais c’est aussi une nouvelle Edna qui est est revenue de Grand-Isle, une Edna qui chaque jour s’affirme davantage, consciente du poids d’être femme et mère. Devant son époux stupéfait de son changement, mais qui la laisse agir en attendant qu’elle revienne à la raison et étouffe les scandales, Edna « entretient des idées sur les droits des femmes », et agit à sa guise, forte de son éveil à la vie.

Edna Pontellier a souvent été comparée à Emma Bovary par leurs destins parallèles, mais contrairement à Emma, elle ne subit pas ses choix, elle agit pour se libérer.

Je céderais tout ce qui n’est pas essentiel; je donnerais mon argent, je donnerais ma vie pour mes enfants; mais je ne me donnerais pas moi-même.

L’Eveil a fait scandale à sa sortie en 1899. Le comportement d’Edna était jugé inacceptable pour la bonne société du sud des Etats-Unis. Edna exprime sa sensualité, Edna s’émancipe. Edna ose vouloir être une femme. Quitte à se sacrifier pour ne pas sacrifier sa liberté.

C’est un très grand roman, d’une intensité folle, un roman élégant fait de robes en dentelle blanche, de mousseline vaporeuse et de satin, de silhouettes gracieuses qui portent des ombrelles, de langueur complice sous les porches des maisons coloniales, un roman sensuel, vibrant d’interdit, de liberté. Et de l’impossibilité d’être libre.

Edna, petite chenille agaçante à son arrivée à Grand-Isle, est devenue à la fin de l’été un magnifique papillon éphémère qui prend son envol. Chaque phrase résonne, chaque pas vers sa féminité fait écho. Les aspirations d’Edna à être une femme libre d’être elle-même, de vivre pour elle-même en font aujourd’hui une grande figure féministe de la littérature américaine.

L’Eveil mérite d’être analysé, décortiqué de bout en bout : les personnages sont incarnés avec une grande finesse psychologique (l’attitude étonnamment prudente du mari perdu face à cette nouvelle version de sa femme est particulièrement intéressante), il y a les magnifiques descriptions picturales de la Louisiane, la relation de la société créole (esclavagiste) à tous ces ces êtres invisibles qu’on ne désigne que par leur couleur et indispensables à leur quotidien. Et bien évidemment, ce portrait magnifique d’Edna – ce n’est pas pour rien que ce roman longtemps oublié est devenu depuis quelques années un des classiques de la littérature américaine.

Traduction: Michelle Herpe-Volinsky

Titre: L’Eveil (The Awakening)

Auteur: Kate Chopin

Editeur: Liana Levi

Parution: 1899

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s