Les échoués

IMG_9092

Ils sont trois, trois hommes qui n’auraient jamais dû se rencontrer si la misère ou la guerre ne leur avaient pas fait fuir leur pays.

Trois hommes, Virgil le Moldave, Assan le Somalien et Chanchal le Bangladais, échoués à Villeneuve-le-Roi, après des semaines à braver l’impensable pour rejoindre leur nouvelle terre promise. La vie les a réunis dans leur clandestinité – alors que chacun veille à sauver sa peau avant tout, Virgil a secouru Chanchal laissé pour mort au fond d’un trou, puis il a accueilli Assam et sa fille Iman, dans sa cachette en forêt. Chacun porte son histoire douloureuse, mais chacun porte aussi l’espoir d’un nouveau départ: préparer l’arrivée du reste de la famille en France, envoyer de l’argent au pays pour survivre, libérer une jeune fille de 17 ans de la couture ancestrale de son sexe.

Mais pour ces clandestins, qui pensaient pourtant avoir vécu le pire lors de la longue route de l’exil, survivre au jour le jour est une nouvelle épreuve hors norme. Protéger le maigre bien dont on dispose, se nourrir, dormir, et surtout trouver du travail sont des épreuves quotidiennes sans répit, où une violence sans nom règne, où toute dignité se perd, où l’homme souvent se voit réduit à une condition en-deçà même de la condition animale.

Réunis malgré eux, Virgil, Assan, Chanchal et Iman vont se soutenir pour survivre à l’enfer du quotidien, maltraités par leurs semblables, exploités par des hommes sans scrupule, sans humanité, pour qui aucun profit n’est trop petit – mais quelle est l’issue pour eux et leurs semblables, peut-il y avoir au bout de cet enfer une ouverture sur un espoir de liberté?

photo-1514069709437-f1c294e44e1a
@Rubens Nguyen

C’est un roman extrêmement poignant que livre Pascal Manoukian avec Les échoués.

En situant le récit au début des années 1990, où les premières vagues d’immigration suscitaient déjà la peur de la communauté européenne, il dissèque un mécanisme inexorable, incontrôlable

« Sans le savoir, Assan et Iman étaient les premières gouttes d’un flot de désespoir et de misère intarissable. Les premiers sujets d’un trafic qui dans les dix prochaines années ferait vingt fois plus de morts que tous les accidents d’avion et qui rapporterait des milliards de dollars, enrichissant les prophètes et les gourous les plus fous, renforçant le pouvoir des plus extrémistes

Combien de Virgil, d’Assan, de Chanchal ou d’Iman autour de nous? Combien de clandestins croisons-nous peut-être sans avoir la moindre idée de ces vies brisées, qui pourtant continuent à vouloir croire en quelque chose?

Les personnages, dont l’auteur nous raconte à tour de rôle l’histoire tragiquement désenchantée, sont extraordinaires et touchants. L’auteur met à nu leur humanité, la seule chose qu’il leur reste.

Le réalisme (magnifié par une très belle plume sensible et poétique) que Pascal Manoukian, journaliste avant d’être romancier, a glissé dans ses lignes, dans ses personnages, dans ces tranches de vie est à la fois bouleversant et révoltant.

« c’est mathématique, il arrive à peu près quatre cent mille clandestins chaque année en Europe. Ça représente à peine 0,001% de la population. C’est tout à fait gérable, même en période de grand chômage comme aujourd’hui. Alors ces histoires d’invasion, de colonisation à l’envers, c’est ridicule! A ce rythme-là vous savez combien il faudrait d’années pour que les immigrés détrônent les Européens? »

Virgile n’en avait aucune idée.

« Mille ans! Où est la menace? »

En mettant également en avant ceux qui tendent la main, Pascal Manoukian triture notre conscience et notre responsabilité – ou notre égoïsme. Ou notre indifférence. Veut-on agir, le peut-on, comment?

Même si le livre montre parfois quelques petits arrangements avec la réalité pour les besoins de la fluidité romanesque (nos quatre migrants parlent français couramment quelques semaines après leur arrivée en France – ceci facilité bien évidemment les échanges de nos protagonistes) il est un puissant témoignage d’une réalité qui nous échappe, parce qu’elle ne parvient jamais jusqu’à nous – sauf par le biais des médias, quand notre conscience reçoit ce qu’ils envoient.

Je peux vous le dire: Virgil, Assan, Iman et Chanchal vont me poursuivre longtemps je crois. Les chercherais-je dans le regard de leurs compagnons d’infortune que je croiserai? Et que ferais-je si je les trouve?

★ ★ ★ ★ ☆

Titre: Les échoués

Auteur: Pascal Manoukian

Editeur: Don Quichotte éditions (éditions du Seuil)

Parution: 2015

12 réflexions sur “Les échoués

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s