La citadelle

IMG_9846

Je le savais bien qu’un sombre romantique sommeillait en lui.

Déjà, dans les Orphée, son anti-héros désabusé cherchait son Eurydice, idéal féminin absolu.

Avec La Citadelle, Emile, son personnage, est un sombre et orgueilleux héros stendhalien qui refuse l’amour parce qu’il est terrorisé par la perspective de l’échec.

Après de nombreuses années, Emile revient à Calvi.

Il était encore étudiant lorsqu’il a découvert la Corse quelques années plus tôt, à l’occasion d’un festival de musique avec ses amis. 

Une semaine d’été folle, rythmée par l’alcool, la danse, les nuits blanches et la rencontre avec Andrea, jeune liane corse belle et fière. 

Parce qu’il a peur d’échouer, hanté par ses peurs et ses complexes, Emile refuse de tomber amoureux de la jeune femme, alternant moments de profonde gentillesse et de haine à son égard dans un jeu de cache-cache sentimental.

Emile travaille à sa thèse sur « L’amour comme objet de gloire du héros stendhalien Julien Sorel », qui devient le double gémellaire d’Emile et lui fait entrevoir par le prisme de la littérature les affres de ses aspirations amoureuses. Comme Julien Sorel, Emile se laisse aveugler par sa fierté

31a38086d39ce8bfbd4afca826f319d5

Ne pas être aimé, d’accord, mais être refusé, jamais! 

Tout l’oppose à la solaire Andrea: le milieu social, la famille, l’argent et tout devient objet de complexe –  d’infériorité ou de supériorité, selon d’où on l’observe. 

Cassant, irascible , dédaigneux quand on le sait tourmenté par l’amour qu’il voue à la jeune femme – un amour qui cinq étés durant, va le ramener à Calvi dont la citadelle rose l’attire comme un aimant.

Emile saura-t-il défier la part sombre qui lui refuse de déclarer son amour à l’être aimé, et accepter tout simplement d’être celui qu’il est?

J’ai tourné les pages de La Citadelle dans le sillage d’Emile, prise à ce dangereux jeu de l’amour. Combien de fois ai-je eu envie de lui botter les fesses! 

Pourquoi tout compliquer quand la vie peut être si simple? 

Pourquoi saboter l’amour quand il est là, sous vos yeux? Quelles blessures se cachent derrière un homme pour qu’il ait peur d’aimer?

La plume d’Eric Metzger prend de l’envergure avec ce nouveau roman, dont le lyrisme aussi étonnant qu’assumé offre de splendides et lumineuses descriptions de la Corse, l’autre objet d’amour de ce roman, bout de terre qui recueille dans son giron un jeune homme en mal de famille et en mal d’amour.

Emile aimerait-il autant Andrea si elle n’était pas liée à la splendeur de la Corse? 

Tandis qu’on regarde avec lui par le hublot de l’avion la citadelle rétrécir, on ne peut s’empêcher de souhaiter l’apaisement à ce héros romantique. L’amour est trop précieux pour le laisser partir, aussi bêtement…

Titre: La citadelle

Auteur: Eric Metzger

Editeur: Gallimard (L’Arpenteur)

Parution: Mars 2019

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s