Après la fête

IMG_5066.jpg

Génération désenchantée.

Raphaëlle et Antoine se sont aimés, follement, portés par la foi en leurs études, étourdis par la toute puissance que procure l’insouciante parenthèse d’une vie où l’on est encore assez jeune pour croire que l’on peut refaire le monde, mais déjà assez vieux y mettre des frontières. Des frontières, Raphaëlle et Antoine n’en ont plus, eux – celles de leurs deux corps ont glissé pour ne plus faire qu’un, celles de leur milieu d’origine, bourgeoisie de province pour elle et la cité pour lui se sont fondues pour effacer, un temps, leurs différences.

Mais la fin de leurs études a sonné le glas du cocon ouaté et enchanteur et de ces moments enveloppés d’amitié et de fêtes entre amis. La réalité des jeunes diplômés en recherche d’emploi complexifie leur relation, les frontières tombées se redressent, et Antoine est rattrapé par son complexe de classe sociale. Le succès de l’un étouffe l’assurance de l’autre, et ils se quittent, dans un grand déchirement.

Lola Nicolle livre une autopsie de cette histoire d’amour, de sa naissance à travers l’émotion sensuelle des premières fois, à la souffrance de sa dislocation et des renoncements qui laissent des brèches ouvertes dans le coeur. 

Il y a beaucoup de justesse et de sensibilité dans l’écriture de Lola Nicolle, à la fois poétique et incisive, particulièrement dans ces moments où elle décrit l’amour et sa fuite.

97611437b2fe5032bcfd0034bdb9c182.jpg

Il y a cette sensation; celle que procurent des retrouvailles avec un être aimé. Lorsque l’on aperçoit ce visage trop connu dans la foule. Et qu’il irradie. Et que tout revient. Il vous a tant manqué. Soudain, vous réalisez, il est tellement beau qu’il vous paraît presque étranger. Est-ce vraiment cet homme à côté duquel je me suis réveillée tant de matins? Ai-je bien partagé avec lui l’intimité des nuits, des douches brûlantes, des gueules de bois, des dimanches soir fébriles?

Ce roman radiographie également le désenchantement de toute une génération Y, sûre d’elle mais sacrifiée sur l’autel des idéaux qu’elle ne peut pas atteindre

Nous avions la chance – le privilège – inouïe de la liberté. Mais, comme pour l’amour, nous avions rêvé d’un travail qui nous définirait, nous rendrait heureux. Profondément heureux. Dans lequel nous aurions pu pleinement nous réaliser. Mais cela, évidemment, n’était pas advenu. Nous étions en quête d’un absolu. Dans la recherche d’un sens que l’entreprise ne semblait guère pouvoir nous offrir. Nous l’avions remarqué: cette poursuite s’annonçait tout à fait illusoire. Alors, nous avions commencé à nous faire une raison. Et se faisant, on s’était demandé qui avait bien pu nous mettre cette idée en tête – que le travail avait un lien quelconque avec le bonheur. Qu’il s’obtiendrait contre une rémunération? 

Après la fête est un roman générationnel aux airs désabusés d’une de nuit d’ivresse, quand on émerge dans la lueur des lampions de la fête qui continuent de clignoter – la portée universelle du sentiment et de la douleur d’amour mais aussi de l’amitié, dépeints avec sensibilité par Lola Nicolle sauront pourtant le porter au-delà.  

Lola Nicolle est éditrice. Elle a déjà publié un recueil de poésie – Après la fête est son premier roman.

Titre: Après la fête

Auteur: Lola Nicolle

Editeur: Les Escales

Parution: 22 Août 2019

2 réflexions sur “Après la fête

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s