Rencontres: Valentine GOBY

 

Ce jeudi 19 janvier 2017, Valentine GOBY était l’invitée de la librairie L’Amandier.

L’Amandier, dynamique librairie putéolienne (92), organise régulièrement des rencontres avec des écrivains, toujours dans un moment de convivialité intime. Une merveilleuse occasion à chaque fois de parler avec un écrivain autour de son roman.

Rendez-vous était fixé à 19H – elle était déjà là, souriante, naturelle, lumineuse, prête à accueillir son public – tout en plaisantant sur cette soirée des primaires à gauche qui allait confiner tout le monde à la maison -sans parler du froid ! On sent déjà beaucoup d’humour et une personnalité facétieuse.

Il était question ce soir de son dernier roman, Un paquebot dans les arbres, paru il y a quelques mois chez Actes Sud.

Valentine GOBY nous raconte ainsi la genèse de ce livre, dont la possibilité est née par hasard, au cours d’un dîner où le fameux sanatorium d’Aincourt est évoqué… sa curiosité fera le reste, la chance ou le destin aussi, en mettant sur son chemin Elise BELLION qui lui racontera son histoire et deviendra la Mathilde de son roman. L’émotion est palpable lorsque Valentine GOBY évoque la première scène du livre, où Mathilde découvre le sanatorium dévasté, cinquante ans après la mort de son père : elle était à ses côtés lorsqu’elle a vécu ce moment. Elise lui a confié son histoire, l’écrivaine a construit son roman en s’en inspirant, en infusant aussi de son être dans Mathilde. Son talent a fait le reste.
Valentine GOBY nous apporte des évidences auxquelles on n’a probablement jamais pensé (en tous les cas pas moi !). Et lorsqu’elle dit

le roman donne accès à une vérité qui reste à distance…

tout est résumé.

Julie, la libraire, a souligné la tristesse qui se dégage de l’œuvre de Valentine GOBY. Qui l’a corrigée. Ses romans ne sont pas tristes, ils sont graves.

Valentine GOBY fait un remarquable travail de recherche pour ses romans. Elle écrit sur le passé, et a une prédilection pour la période historique de la seconde guerre mondiale. Mais elle dit ne pas arriver à écrire sur son époque. Sauf peut-être quand il s’agit d’un récit autobiographique comme Baumes, où elle parle de sa relation à son père parfumeur.

Ce travail de recherche ne serait rien sans un magnifique travail d’écriture, à côté duquel il faut savoir écrire l’essentiel. Elle dit à ce propos

Ecrire, c’est savoir s’empêcher d’écrire

Eviter de vouloir en dire trop, apporter trop de substance inutile à l’essence du roman, qui va se nourrir de la plume de Valentine GOBY, remarquable, brillante d’intelligence, subtile, rythmée, musicale. Mélomane, elle « écrit avec ses oreilles ».

Ses romans se prêtent ainsi à des lectures musicales, qu’elle travaille pendant plusieurs mois avec un musicien. Pour Kinderzimmer, le piano accompagnait l’exercice. Pour Un paquebot dans les arbres, c’est tout naturellement qu’elle a choisi l’harmonica, l’instrument de Paul Blanc au Balto, celui qui rythme les bals du samedi soir.

Valentine GOBY nous a offert un moment de lecture, laissan place à la conteuse, joyeusement habitée par les mots qu’elle a écrits et qu’elle nous offre maintenant, les sortant des pages, les sortant du Balto, les sortant de la forêt – les deux extraits qu’elle nous a lus. Et tous, subjugués, sommes restés suspendus à ses lèvres. Cela s’appelle l’enchantement.
Tout au cours de la soirée, ses paroles sont comme des confidences, livrées avec honnêteté, simplicité et sensibilité.

Ecrivaine engagée, elle multiplie les activités : maître de conférences à Sciences Po en écriture, elle anime divers ateliers d’écriture et revendique son engagement syndicaliste pour défendre la Charte des Auteurs.

A côté des nombreux romans qu’elle a écrits depuis quinze ans, elle nourrit également la littérature jeunesse avec une plume prolixe. Son roman Kinderzimmer a reçu le Prix des Libraires en 2014.

9782330066482

 

Romans et récits:
– La Note sensible, Gallimard, 2002
– Sept jours, Gallimard, 2003
– L’Antilope blanche, Gallimard, 2005
– Petit éloge des grandes villes, Gallimard 2007
– L’Échappée, Gallimard, 2007
– Banquises, Albin Michel, 2011
– Kinderzimmer, Actes Sud, 2013
– Baumes, Actes Sud, 2014 (collection Essences)
– Un paquebot dans les arbres, Actes Sud, 2016

Littérature jeunesse :
– Manuelo de la Plaine, Gallimard Jeunesse
– Le Rêve de Jacek, de la Pologne aux Corons du Nord
– Le Cahier de Leila, de l’Algérie à Billancourt, Autrement Jeunesse, 2007
– Adama ou la vie en 3D, du Mali à Saint-Denis, Autrement Jeunesse, 2008
– Le Secret d’Angelica, de l’Italie aux fermes du Sud-ouest, Autrement Jeunesse, 2008
– Qui touche à mon corps je le tue, Gallimard, 2008
– Thiên An ou la grande traversée, du Viêtnam à Paris XIII, Autrement Jeunesse, 2009
– Chaïma et les secrets d’Hassan, du Maroc à Marseille, Autrement Jeunesse, 2009
– Anouche ou la fin de l’errance, de l’Arménie à la Vallée du Rhône, Autrement Jeunesse, 2010
– João ou l’année des révolutions, du Portugal à Champigny, Autrement Jeunesse, 2010
– Méduses, Jérôme Millon, 2010
– Antonio ou la Résistance, de l’Espagne à la région Toulousaine, Autrement Jeunesse, 2011
– Lyuba ou la tête dans les étoiles, de la Roumanie à l’Île de France, Autrement Jeunesse, 2012
– Le Voyage immobile, Actes Sud Junior, 2012
– Le Mystère de Hawa’a, Albin Michel Jeunesse, 2013 (album)
– La Porte rouge, 2013, Thierry Magnier, (collection Photoroman)
– Une preuve d’amour, éditions Thierry Magnier , 2013
– Les Deux Vies de Ning. De la Chine à Paris-Belleville, Autrement Jeunesse, 2013
– La Fille surexposée, Alma Editeur (coll. Pabloïd), 2014
– Le Grand Mensonge de la famille Pommerol, Thierry Magnier, 2015 (coll. « En voiture Simone ! »)
– Juliette Pommerol chez les Angliches, Thierry Magnier, 2016 (coll. « En voiture Simone ! « )
– Le Sorcier vert, Thierry Magnier, 2016 (collection « Les décadrés ») album
– Tous Français d’ailleurs ! , Casterman, 2016, Grands format jeunesse (compilation de 6 romans de la collection Français d’ailleurs)

 

 

4 réflexions sur “Rencontres: Valentine GOBY

  1. Oh! Quelle belle rencontre. Merci pour ce billet. J’ignorais qu’elle avait autant écrit.
    J’ai beaucoup l’idée que «Ses romans ne sont pas tristes, ils sont graves.» C’est bien différent.
    C’est certain, je vais craquer pour ce paquebot.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s