Frère d’âme

IMG_5966

Pour tous, soldats noirs et blancs, je suis devenu la mort. Je le sais, je l’ai compris. Qu’ils soient soldats toubabs ou soldats chocolats comme moi, ils pensent que je suis un sorcier, un dévoreur du dedans des gens, un dëmm. Que je le suis depuis toujours mais que la guerre l’a révélé

Comme une centaine de milliers de tirailleurs sénégalais, armés de leur fusil et de leur coupe-coupe, Alfa Ndiaye et Mademba Diop sont venus se battre sous le drapeau de la France. En Europe rugit la première guerre mondiale. Mademba Diop, tout chétif, mais avec l’âme d’un vrai combattant qui veut sauver la mère patrie, a su convaincre Alfa Ndiaye, son ami d’enfance, son frère adoptif, son plus que frère.

Ensemble ils ont quitté Gandiol, leur village. Avant de partir, Fary Thiam, la fille du chef du village, a offert au beau et fort Alfa le chaud, le doux et le moelleux du dedans de son corps, le début de la route vers la perte de l’innocence.

Au coup de sifflet du capitaine pour seule langue qu’ils comprennent sur le champ de bataille, les tirailleurs sénégalais courent au combat, fusil dans une main, coupe-coupe dans l’autre, lâchés sous les balles et les obus de l’ennemi comme de la chair à canon. La chair du dedans au dehors, comme celle de Mademba blessé par l’ennemi, qui dans l’atrocité de sa souffrance implore son ami Alfa de l’achever.

Mais malgré ses supplications, Alfa ne saura pas tuer son plus que frère. Il ne pourra sombrer que dans une folie vengeresse se jetant tête baissée vers l’ennemi d’en face aux yeux bleus, ouvrant son ventre et l’achevant dès sa deuxième supplication, lui offrant la mort salvatrice qu’il l’a pas su donner à Mademba et rapportant en trophée dans son camp la main droite du soldat ennemi tranchée au coupe-coupe.

tirailleurs51

Alors Alfa devient le héros – s’il ne comprend pas le français des soldats blancs, les moments de rire et de liesse n’ont pas besoin de langue commune. Pourtant, à la quatrième main ennemie ramenée, les rires se taisent et font place à l’inquiétude – et si Mademba le soldat chocolat était un sorcier?

David Diop saisit son lecteur dans un récit porté par une langue incantatoire et envoûtante, un rythme qui saisit comme une transe vaudou sublimant le désespoir, une poésie éblouissante et inquiétante, qui peut déconcerter.

Au-delà d’un très beau roman sur l’amitié, Frère d’âme porte un regard absolument nécessaire sur l’histoire, sur ces héros longtemps tus qui pourtant ont sacrifié leur vie à la France.

★ ★ ★ ★ ☆

Titre: Frère d’âme

Auteur: David Diop

Editeur: Seuil

Parution: Août 2018

4 réflexions sur “Frère d’âme

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s