Dérive sanglante

fullsizeoutput_72

Mon petit coeur d’artichaut s’est trouvé un nouveau héros. Ou plutôt un nouvel anti-héros.

Je vous présente Stoney Calhoun. Stonewall Jackson Calhoun.

Stoney est un homme sans mémoire.

Il est arrivé quelques années plus tôt dans le Maine, au volant de sa voiture d’occasion. Au coeur de la forêt, tel Thoreau, sa référence, il s’est construit une cabane (une belle cabane tout confort, quand même!) et a démarré une nouvelle vie en se rapprochant de la nature sauvage qu’offre le Maine:

Je suis parti vivre dans les bois, avait écrit Thoreau, parce que je voulais vivre en toute intentionnalité; me confronter aux données essentielles de la vie… je voulais vivre intensément et aspirer toute la moelle de la vie… (Walden)

Le Maine, avec ses forêts, ses baies rocheuses ou ses lacs, propices à l’activité favorite de la région: la pêche.

C’est ainsi qu’il a rencontré Kate, patronne d’une boutique d’articles de pêche qui lui a offert un job, mais aussi l’amour.

Bref, Stoney pourrait vivre une vie idyllique, s’il n’était régulièrement rattrapé par ses fantômes.

photo-1502045431165-29b5e9f5befc

Un mystérieux accident lui a fait perdre sa mémoire cinq ans plus tôt, et il est un homme sans passé. De sa vie d’avant, il ne sait rien, sinon qu’il n’a plus de famille. Mais des flash back, souvent, lui laissent entrevoir, des pans possibles de sa vie d’avant. Qui visiblement semble intéresser un drôle d’inconnu qui régulièrement le visite…

Dans ce premier volet, où l’on fait la connaissance de Stoney et de la petite communauté apparemment tranquille et sans histoire dans laquelle il vit, notre anti-héros perd son meilleur ami, retrouvé assassiné dans le lac où il pêchait. Avec tout le poids de la culpabilité qui pèse sur ses épaules (Stoney, guide de pêche, aurait dû se jour-là être à la place de son ami), il va entreprendre de retrouver le meurtrier de son ami, aux côtés du shérif Dickman.

Mais cette enquête, qui va le mettre en danger, va le plonger dans les ténèbres de sa mémoire et peut-être lui permettre d’entrevoir qui il a pu être dans son ancienne vie…

Croisement entre nature writing et roman policier, ce premier volet des « aventures » de Stoney Calhoun avait tout pour me combler!

Même si je n’ai jamais mis les pieds dans le Maine, c’est un coin des Etats-Unis qui m’a toujours attirée (la faute à ses images d’Epinal de côtes sauvages avec maisons en bardeaux de bois, au charme très Nouvelle-Angleterre – et puis peut-être un peu aussi à cause du Lobster, le steak local!).

La vie y est simple, au plus près de la nature. Même si on n’a jamais eu la moindre accointance pour la pêche, on se surprend à apprécier ces moments où Stoney fabrique tranquillement ses mouches pour la boutique, et à savourer avec lui les fins de journées, où, accompagné de Ralph son fidèle épagneul breton, il guette les trois truites du ruisseau près de sa cabane. La nature y est sereine, apaisante, et comme Stoney on aime se poser le temps de quelques lignes où on l’apprécie à travers ses yeux:

Ca lui disait bien de rentrer chez lui et d’aller tuer une heure au bord de Bitch Creek, Ralph à ses côtés, assis sur le rocher à guetter les truites qui monteraient à la surface dès que le soleil aurait cesser d’éclairer l’eau. Il boirait un Coca glacé, observerait les éphémères, ferait un peu marcher sa cervelle

Oui, Stoney boit du Coca, et même beaucoup – il ne touchera pas une goutte d’alcool, car il ne le supporte plus, question de chimie, depuis son accident. Vous n’aurez donc pas un écorché vif qui passe son temps à avaler des canettes de bière, comme c’est souvent le cas dans ces romans américains que j’adore. Il prend beaucoup de café aussi (d’autant plus qu’il doit affronter quelques nuits blanches!).

On participe aux gestes simples et répétitifs de sa vie quotidienne, hop on se lève, on allume la cafetière, on prend une douche bien chaude, on enfile un t-shirt, un jean et des espadrilles (avouez, ça surprend pour un américain, des espadrilles – aussi anti-héros soit-il), on avale son café sur la terrasse de la cabane (avec du lait, car c’est comme ça que son chien le préfère), on grimpe dans la camionnette pour aller au boulot après avoir fait à Ralph les recommandations d’usage. Tout ce qui pourrait paraître ennuyeux est étonnamment agréable et réconfortant à lire.

En plus d’un bon suspense, la traduction montre une écriture au style très fluide et maîtrisé. Dérive Sanglante se savoure, on s’attache à ses personnages, à leur simplicité, à leur humanité, à leurs petits défauts. Et on se prend d’une véritable affection (Electra avait raison) pour son fidèle chien, au caractère tranquille mais bien affirmé. J’aime particulièrement ses petits haussements d’épaule quand il a l’air de se contreficher de ce que lui dit son maître, auquel il est pourtant entièrement dévoué.

Un excellent moment de lecture, donc, comme Gallmeister sait nous en offrir (cette maison d’édition est un vrai gage de qualité) et je me réjouis des deux autres volets que je vais prendre le temps de découvrir en évitant de sauter trop vite dessus.

Car hélas, cette série s’arrêtera au troisième épisode, William G. Tapply ayant eu le mauvais goût de s’éclipser trop tôt. Il a tout de même écrit une quarantaine de romans, dont beaucoup appartiennent à la série Brady Coyne (qui toutefois ne semblent pas avoir été traduits en France)

Titre: Dérive sanglante (Bitch Creek)

Auteur: William G. Tapply

Editeur: Editions Gallmeister

Parution: 2004 (2007 pour la traduction française et 2017 pour la ré-édition)

17 réflexions sur “Dérive sanglante

  1. Comme moi et Electra, tu as succombé au charme de Stoney. Quel personnage et quelle atmosphère… Tous les personnages m’ont emballée, tant son chien que sa maîtresse. Il me reste les deux autres tomes à lire. Je les ménage pour les jours sombres post-abandons!

    On se promet un gros festin de homards dans le Maine?

    Aimé par 1 personne

  2. Encore un totem qui m’intéresse arghh!!! J’aime beaucoup ton ressenti, ton attachement pr les personnages, le décor, l’ambiance…. j’aimerais en dire autant, vraiment!! Je note donc cette trilogie 😉

    J'aime

      1. Youpie plus de souci avec mes commentaires, donc 🙂 Après le fait que cela soit une trilogie peut me freiner très légèrement. Une fois que tu es lancée, tu es obligée de poursuivre. Il faut que je sois bien accrochée, mais ça l’air facile avec celle-ci!

        Aimé par 1 personne

  3. Je disais donc: voilà encore un auteur qu’il me tarde de découvrir ! La collection totem est magnifique! On en ferait collection! En tout cas tu donnes très envie de se lancer dans cette trilogie 🙂
    ps: croisons les doigts pour que ce commentaire passe 😀

    Aimé par 1 personne

    1. Trouvé!! je ne sais pas pourquoi les comm ont été bloqués, mais ça m’apprendra à aller faire un tour dans les comm indésirables 🙂
      Cette collection Gallmeister est juste géniale! Et c’est bientôt Noël 🙂
      Je pense que je vais commencer le 2ème très bientôt… je ne peux plus attendre…

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s