Dark Tiger

IMG_6586.JPG

Clap de fin – Adieu Calhoun…

Calhoun, je te gardais bien au chaud, calé sur une étagère prête à s’écrouler.

On avait fait connaissance à Casco Bay, je t’avais connu davantage lors d’une Dérive sanglante.

J’avais un petit passage à vide, de ceux où tu regardes tous les livres autour de toi sans avoir envie d’en ouvrir un seul. C’est pour un de ces moments-là que je te gardais. Alors je t’ai délogé de l’étagère…

Calhoun, ta cabane dans les bois m’avait bien manqué. Ecouter la rivière chuchoter, assis sur la terrasse à déguster une tasse de café ou un coca. L’alcool, tu as arrêté il y a 7 ans, après avoir été foudroyé par cet éclair qui t’a rendu à moitié sourd et t’a fait perdre la mémoire. J’accepte – après tout, une petite cure de désintoxication (surtout pour moi qui suis accro, au choix, au champagne, au bourgogne, voire au Spritz) ça n’a jamais fait de mal à personne.

On est bien chez toi, dans le Maine. Le retour à la nature et aux grands espaces. 

Ces moments de grâce où tu pêches, je suis sur le bateau aussi, Ralph ton épagneul à mes pieds – je te regarde lancer la ligne, la mouche (une dark tiger parfaite pour la truite) touche l’eau et à peine avons-nous attendu que déjà des oscillations font frémir l’eau. Le poisson est là, reste plus qu’à lever la canne et ferrer. Une superbe truite du Maine, quatre livres au moins – tu la délivres et la relâche. Tu es comme ça, les poissons tu les préfères dans l’eau. 

La vie, tu la veux tranquille, avec à tes côtés Kate, ton associée et amoureuse – si possible. Elle est toujours un peu compliquée, Kate, mais c’est une chouette fille. 

942d384c99b47e3fc0fc5e5b0bafc729.jpg

Alors forcément, le jour où tu lui as annoncé que tu devais partir un mois, sans pouvoir lui révéler ni où ni pourquoi, elle n’a pas apprécié ! Nous, on sait bien pourquoi, on sait que tu as une histoire qui te colle à la peau, ta vie d’avant, ta vie d’agent hyper entraîné au sein d’un corps d’élite du gouvernement, une vie gommée par un sombre accident qui t’a fait tout oublier mais qui se rappelle à toi dès que l’homme au costume débarque à ta cabane. Mais il n’empêche, je la comprends Kate…

Les enquêtes, elles te tombent dessus sans que tu ne demandes rien. Mais tes talents ressurgissent toujours des limbes de ton passé pour t’aider à débrouiller les pistes.

En toute franchise, Calhoun, j’avais très vite compris qui était mouillé, dans l’histoire, cette fois-ci. 

Mais malgré cela, je suis restée accrochée. Je savais que ce serait la dernière. 

Et on se sent tellement bien, dans la simplicité de ton Maine adoptif, que je n’avais aucune envie de partir.

Ton créateur, William G. Tapply, a eu la mauvaise idée de mourir après avoir écrit cette enquête.

Donc tu ne donneras plus de tes nouvelles. Il t’a laissé à la petite vie tranquille que tu aimes tant, et on continuera à t’imaginer là-bas, à Portland, Maine. On ne saura jamais vraiment qui tu étais. 

Ou alors, peut-être un manuscrit caché dort-il dans les affaires de William G. Tapply…?

Sinon… je ne peux m’empêcher de penser… on a bien trouvé un nouvel auteur à Millenium, alors pourquoi pas en chercher un pour continuer à inventer ta vie? Regrets éternels…

Et pour vous, chanceux, qui ne connaissez pas encore Stoney Calhoun mais qui adorez les romans policiers teintés de nature writing comme Gallmeister sait en proposer: foncez-le lire, et donnez m’en quelques nouvelles!

★ ★ ★ ☆ ☆

Titre: Dark Tiger

Auteur: William G. Tapply

Editeur: Gallmeister

3 réflexions sur “Dark Tiger

  1. Je crois que Stoney est mon personnage littéraire préféré. J’ai eu un gros coup de cœur pour lui quand je l’ai découvert et j’étais très triste de savoir que ses aventures ne connaîtraient jamais de dénouement! C’est un personnage, étonnamment, qui me manque beaucoup!

    Aimé par 1 personne

    1. Je crois que Stoney va me manquer également 😉 C’est un personnage qui fait du bien. Et ce n’est pas un hasard si j’ai ouvert ce livre alors que j’avais un passage à vide côté lecture. C’est un personnage rassurant (malgré tout ce qu’on ne sait pas… et qu’on ne saura jamais), son monde est épargné par la consommation à outrance, tout y est simple et (presque) harmonieux.

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s