Vie et aventures de Jack Engle

IMG_3487

Il y a fort longtemps, à une époque où je développais une curiosité pour la littérature anglaise du 19ème siècle, je lus Oliver Twist, de Charles Dickens (il y eut aussi, parmi les lectures de cette époque, la formidable Foire aux vanités de Thackeray, et bien sûr, mon chemin allait m’amener vers Jane Austen et les soeurs Brontë – mais je m’égare, une fois de plus) et je découvris sans peut-être réellement savoir le nommer, le roman d’apprentissage.

Roman paru sous forme de feuilleton de 1837 à 1839, sa forme allait inspirer une quinzaine d’années plus tard, un auteur américain qui commençait à se faire connaître pour ses nouvelles, mais qui surtout définirait plus tard encore les fondements de la poésie américaine: Walt Whitman. Si vous ne l’avez jamais lu, vous connaissez au moins le Captain! O my Captain! déclamé par Robin Williams puis ses élèves montant un à un sur leur pupitre, dans l’inoubliable Cercle des poètes disparus.

En 1852, le roman Vie et aventures de Jack Engle fut donc publié sous forme de feuilleton dans le journal new-yorkais The Sunday Dispatch. Et qui sait pourquoi, il fut totalement oublié, jusqu’à ce que Zachary Turpin, chercheur à l’Université de Houston, remette la main dessus en 2016. 

En cette année 2019, qui marque le bicentenaire de la naissance de Walt Whitman, la publication de ce roman est donc un bel exercice, qui permettra à de nombreux lecteurs de découvrir le poète américain autrement que par ses vers.

D’une lecture assez rapide, en 22 chapitres, nous y faisons la connaissance de Jack Engle.

Les rues de New York du jeune Jack se substituent au Londres d’Oliver Twist. Orphelin, Jack est recueilli par le laitier Ephraïm Foster et son épouse Violet, qui vont l’élever comme leur propre fis, et veiller à lui offrir le meilleur afin d’en faire un homme honnête. C’est ainsi que, dans le premier chapitre, Jack Engle entre en formation dans l’étude d’un avocat de Wall Street, Maître Covert – mais la carrière qu’ambitionne pour lui Ephraïm Foster ne fait pas rêver Jack Engle. Pire, Covert s’avère un avocat crapuleux, qui pourrait bien, en plus, détenir des informations sur les origines mystérieuses de Jack…

dd73ba8b5fafb519829f2f95cad88455

A mon âge – je n’ai pas encore précisé que je venais d’avoir vingt ans -, un jeune homme intelligent et débordant de santé a besoin de se fixer un but bien réel qui mobilise sa vitalité, ses sentiments et son énergie morale et physique presque illimitée. Il n’a pas besoin d’être défini: certains le découvrent dans l’assouvissement d’un désir effréné de découvrir les mers, de visiter d’autres pays ou plus simplement de changer d’herbage; d’autres y parviennent en se fixant un objectif particulier qu’ils mettent tout leur coeur à essayer d’atteindre. Il peut prendre des formes aussi diverses que l’humanité et il faut se garder de le leur rendre inaccessible.

Chez moi, cet appétit ne pourrait jamais être satisfait par l’étude du droit qui me répugne toujours plus. Je n’y avais pas beaucoup goûté, certes, mais c’était déjà bien assez. J’avais le fort pressentiment que je ne serais jamais heureux de cette manière – une de ces intuitions qu’il est généralement avisé de suivre, sans chercher à discuter.

Reprenant les lois du genre qui ne ménagent pas les rebondissements, quitte à utiliser des ficelles qui ressemblent à des cordes tellement elles sont épaisses mais drôles, c’est un roman que l’on découvre dans cette première traduction française, plus de 150 ans après sa parution et sa disparition. Jack, dans cette critique sociale, se pose en Candide à travers un parcours jalonné de belles et de mauvaises rencontres, de bons samaritains et de manipulateurs véreux. Pour ce faire, Walt Whitman n’a pas hésité à forcer le trait de ses descriptions, oscillant entre la naïveté, la caricature et même le tragi-comique de situation, offrant une littérature de genre qu’on imagine les lecteurs du Sunday Dispatch avoir suivie avec délectation.

A noter, une préface très intéressante de Thierry Beauchamp, qui est également le traducteur de ce roman.

Titre: Vie et aventures de Jack Engle (Life and Adventures of Jack Engle)

Auteur: Walt Whitman

Editeur: Le Castor Astral

Parution: mai 2019

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s